VERTIGES

 

Christophe PREUILH
Kinésithérapeute et Ostéopathe à VICHY (Bellerive sur Allier)

Membre de la Société Internationale de Réhabilitation Vestibulaire (SIRV)

Membre de la Société Française de Kinésithérapie Vestibulaire (SFKV)

 

LE TRAITEMENT NECESSITANT LA SOLLICITATION DE DIFFERENTS CAPTEURS SENSORIELS

                   (oeil, vestibule, somesthésie)

pour une meilleure prise en charge de la sécurité sociale et de votre complémentaire, votre ordonnance doit mentionner :

« Bilan des différentes stratégies d'équilibration, de la coordination et des réponses musculaire et rééducation si nécessaire ».

 


 VERTIGES ET TRAITEMENTS

VERTIGES

Les vrais vertiges, par opposition aux faux vertiges (simple sensation d'instabilité ou troubles de l'équilibre), se définissent comme une sensation fausse de déplacement dans les 3 plans de l'espace.


Les causes sont très nombreuses, certaines bénignes, d'autres plus sérieuses.
L'origine du trouble peut se trouver à différents étages de la régulation de l'équilibre : au niveau du cerveau et surtout du cervelet, on parle alors d'origine centrale, ou au niveau des organes d'analyse du mouvement (oreille interne constituée du labyrinthe et des canaux semi-circulaires) et des voies de transmission au cerveau (nerf vestibulaire essentiellement), on parle alors d'origine périphérique.

Les principales causes périphériques :


*Vertige positionnel paroxystique bénin : il survient dans une certaine position, en se retournant dans le lit par exemple, il dure 2 à 3 semaines et disparaît.

*Maladie de ménière : elle se manifeste par des crises de grands vertiges (souvent une quasi-impossibilité à se tenir debout) avec malaise, vomissements, surdité et acouphène (son grave dans l'oreille) d'un seul côté. Peu grave, elle devient très gênante si les crises sont rapprochées.

*Otospongiose : maladie héréditaire avec surdité de transmission.

*Otites aiguës et chroniques peuvent suffire à déclencher des vertiges. De même pour le banal bouchon de cérumen.

*Labyrinthite : atteinte du labyrinthe, organe de l'oreille interne, témoigne d'une propagation de l'infection après une otite aiguë ou chronique. Danger de méningite.

*Cholestéatome : suite à une otite chronique, développement d'une sorte de tumeur qui va progressivement détruire tympan et oreille interne.

*Névrite vestibulaire : atteinte du nerf vestibulaire par un virus, le vertige va durer de quelques jours à 3 semaines.

*Fracture du rocher : le rocher est un os du crâne situé derrière le pavillon de l'oreille. Sa fracture peut entraîner celle du labyrinthe.

*Neurinome de l'acoustique : tumeur bénigne d'évolution progressive, outre les vertiges il se développe progressivement une surdité d'un seul côté


Les causes centrales :


*Le syndrome vertébro-basilaire : il est dû à la compression des artères vertébrales (qui nourrissent le cervelet, centre de l'équilibre) par l'arthrose vertébrale cervicale. Le vertige dure quelques secondes lors de certains mouvements (rotation ou flexion de la tête en arrière).

*La migraine accompagnée : un vertige précède le mal de tête en particulier chez l'enfant.

*L'accident vasculaire cérébral au niveau du tronc cérébral ou du cervelet

*L'athérosclérose des artères cérébrales, carotidiennes, vertébrales.
*La sclérose en plaques : souvent associé à d'autres atteintes neurologiques antérieures.

*Les tumeurs cérébrales bénignes ou malignes.


Citons aussi d'autres causes :



*Le syndrome subjectif des traumatisés crâniens : vertiges apparaissant après un accident antérieur, les examens sont négatifs. Il existe souvent des revendications médico-légales associées.

*Les vertiges toxiques : alcool, antibiotiques (aminosides, tétracyclines), aspirine, anti-inflammatoires, etc...

*Les barotraumatismes (différence de pression) : accident de plongée, avions.

*Les traumatismes acoustiques (bruit fort et violent)

*Le vertige fonctionnel : on ne retrouve aucune cause, le patient rattrape son équilibre en croisant les pieds. Cela rentre dans le cadre de troubles de la personnalité de type hypocondriaque.

 

TRAITEMENTS

Un bilan initial en première intention permettra de s'orienter sur l'origine du vertige et de l'adresser à un ORL spécialiste en pathologies vestibulaire si nécessaire.

Un vertige positionnel paroxystique bénin sans complication neurologique apparente, sera traité par manoeuvres libératoires.

 Ces manoeuvres sont très précises et tiennent compte d'un bilan rigoureux sous Vidéo nystagmoscopie (V.N.S)permettant de préciser l'origine de la canalolithiase ou de la cupulolithiase(plus rare)